Alfred Hitchcock

Meilleurs films d’Hitchcock

Hitch lui-même serait heureux que nous nous soyons mis d’accord sur un joli chiffre impair pour réduire le nombre de nos piqûres – le malchanceux numéro 13 apparaît à plusieurs reprises dans son travail, et c’était apparemment son numéro préféré. Mais ce n’est certainement que la pointe de l’iceberg ; le cinéaste prolifique a réussi à réaliser 54 films en six décennies. Il s’agit d’un ensemble d’œuvres sans précédent qui mérite certainement d’être revisité.

Cela dit, nous sommes sûrs que le suspense (voir ce que nous avons fait là-bas ?) vous tue, alors sans plus attendre, nous vous offrons les meilleurs films d’Alfred Hitchcock.

The Man Who Knew Too Much (1956)

Il s’agit en fait de la deuxième tentative d’Hitchcock de raconter l’histoire d’un couple américain (Jimmy Stewart et Doris Day) pris dans un complot d’assassinat alors qu’il était en vacances au Maroc – c’est un remake de son film de 1934 du même nom. En 1967, Hitchcock a dit à François Truffaut qu’il pensait que cette version était le meilleur film, qualifiant l’original d’œuvre d' »amateur de talent ».

Rebecca (1940)

Joan Fontaine incarne une femme hantée par le souvenir de la première épouse de son mari (Laurence Olivier). Comme la plupart des œuvres d’Hitchcock, ce qui le rend vraiment effrayant, ce sont ses thèmes relatables – en l’occurrence, vivre dans l’ombre de quelqu’un d’autre et craindre qu’un être cher ne cache quelque chose. C’est ainsi qu’il remporte l’Oscar du meilleur film en 1940.

Dial M pour meurtre (1954)

Première collaboration d’Hitchcock avec Grace Kelly, ce film suit un homme qui tente de faire assassiner sa femme infidèle. Comme Rope, la majeure partie du film se déroule dans un seul appartement, ajoutant un air de claustrophobie au thriller.

Strangers on a Train (1951)

Hitchcock se déchaîne avec une métaphore visuelle : des doubles et des croisés apparaissent tout au long du film, une pièce sur les « meurtres croisés » que deux hommes – Guy, une star du tennis à la voix douce, et Bruno, un étranger flashy – qui se rencontrent dans un train acceptent d’engager. Le metteur en scène joue aussi avec l’éclairage de façon experte, l’utilisant pour symboliser l’obscurité qui est en nous.

Shadow of a Doubt (1943)

En 1964, Hitchcock a révélé qu’il croyait que ce film était sa meilleure œuvre, et il est facile de comprendre pourquoi. Shadow of a Doubt met en vedette une performance stellaire de Joseph Cotten, et son cadre idyllique et suburbain a eu une influence énorme sur le genre de l’horreur. En révélant la menace qui pèse souvent dans des quartiers apparemment sûrs et tranquilles, Hitchcock a jeté les bases d’autres quartiers de banlieue sinistre dans des films comme Halloween et Scream.

Pyscho (1960)

Facilement l’un des films les plus emblématiques de tous les temps-Hitchcock ou autre-ce film a établi une nouvelle norme pour les films d’horreur avec ses principaux twists. Le réalisateur a délibérément tenté d’induire le public en erreur en interprétant l’Américain Anthony Perkins dans le rôle du méchant Norman Bates et en tuant son personnage principal dans le premier tiers du film (dans la fameuse scène de la douche, qui présente 77 angles de caméra différents).

Articles similaires